LaCourneuve4Routes fait peau neuve

A nouvelle année, nouvelle image!

Vous avez pu le constater depuis quelques jours déjà, le blog a fait peau neuve, en se dotant d’un nouveau look, de nouvelles rubriques et de nouvelles fontionnalités.

Un peu de changement, ça fait du bien. Cela permet de remettre à jour certaines pages, de proposer des fontionnalités utiles ou « ludiques » comme le partage sur les réseaux sociaux etc.

Mais cela nous a aussi permis de proposer à l’Association des Citoyens des Quatre Routes un espace qui lui est désormais propre et dédié. Et de limiter la confusion qui s’opérait depuis quelques mois entre ce blog et cette association.

Nous vous réservons encore quelques améliorations et quelques surprises cette année… D’ici là, bonne lecture, bonne découverte et n’hésitez pas à commenter et participer!

Très bonnée année 2012.

Parce qu’il le vaut bien

Rangée au plus près de la porte du château, une Laguna flambante neuve trône : système audio Bose, sièges en cuir, jantes alliage et double échappement chromé…au bas mot 30 000€ de vanité.

Mais Monsieur le Maire le mérite indiscutablement tant la population est acquise à ses projets : immobilier, commerce, qualité de vie, restauration scolaire, voirie, tout lui réussit.

Nous lui devons bien ce discret bonus qui ne nous coûte presque rien, à peine un euro par Courneuvien.

Et qu’on ne vienne pas lui reprocher de dépenser inutilement notre sou quand partout il vient à manquer, parce que cette énième nouvelle voiture, c’est avant tout un emploi sauvé. Celui du laquais qui, chaque jeudi que Dieu fait, mène aux écuries municipales le carrosse pour l’y astiquer.

Car Monseigneur aime l’idée de pouvoir y contempler à loisir, son propre reflet.

Marché de dupes aux Quatre-Routes

Les trottoirs des Quatre-Routes occupés par le marché sont les plus lucratifs de la Courneuve, ils rapportent des milliers euros par an au budget de la municipalité (220 000 en 2009). Il serait légitime qu’une partie de ces revenus permettent d’entretenir l’endroit. Pas aux yeux de la municipalité qui a laissé l’espace public devenir l’un des plus dégradé de la ville, et qui persiste.

Oui le quartier des Quatre-Routes a une vocation commerciale, mais pourquoi le transformer en bazar à ciel ouvert ? La mairie se comporte comme un patron d’hyper en visant la rentabilité d’un espace qui est avant tout le bien commun des gens qui habitent le quartier !

Faites comme si on était pas là

Le marché des Quatre-Routes rapporte aux commerçants, au délégataire, et aux finances de la ville.
En omettant dans son calcul l’existence d’une population locale qui aspire à vivre décemment, la municipalité, habituellement si prompte à revendiquer la justice, oublie qu’une situation juste implique la satisfaction de toutes les parties prenantes. Or les gens du coin sont considérés comme quantité négligeable, en échange de la perte d’une partie de leur espace public, les habitants du quartier des Quatre-Routes n’obtiennent rien.

L’alliance du Fermier et de l’Autruche

Bien qu’ils soient toujours prompts à vanter le marché des Quatre-Routes, les responsables municipaux n’y sont jamais. Pas assez classe ou crainte de la vindicte populaire, pas un seul n’y fait ses courses.

Lire la suite

Je t’orpisse à la raie!

Orpisse.jpg

Le stationnement sauvage est une plaie récurrente du quartier. Mais à certains endroits, s’y ajoute une grossièreté qui mérite de s’y attarder.

Il y a cette agence à l’angle de l’avenue Paul Vaillant Couturier et de la rue Marcelin Berthelot qui a la vilaine habitude de garer ses véhicules sur les passages protégés ou carrément sur les trottoirs, toujours au plus près. Il faut croire que le métier d’agent immobilier rend cul-de-jatte.

Lire la suite

A qui profite la crasse?

Nouvelles jardinières, colonnes de fleurissement, et grand nettoyage, les services de Plaine Commune en lien avec la ville vont donner un grand coup de jeune à la place du 8 mai 1945, le 17 juin. Soixante treize mille euros sont mobilisés pour embellir cette place. L’objectif est d’en changer radicalement l’image.

Bravo! 70 000€ d’argent public et 10 jours plus tard, la Place du 8 mai 1945 est un véritable dépotoir, du jamais vu. Ce quartier, déjà si malmené, a été transformé en l’espace d’une journée en une décharge à ciel ouvert. Qui a jugé opportun de rajouter aux marées des 3 marchés hebdomadaires le tsunami d’une brocante supplémentaire? Et quelle brocante!

Lire la suite