Je pédale, tu pédales…ils aménagent ?

/// ATTENTION : CHANGEMENT DU LIEU DE LA RÉUNION ///

Le Conseil Départemental a des projets d’aménagements cyclables à La Courneuve sur les voies qui relèvent de sa compétence ; si vous souhaitez partager votre expérience afin d’améliorer ces projets, participez à la réunion de travail prévue :

Mercredi 15 février à 18h au 225 avenue Paul Vaillant Couturier à Bobigny à la mairie de La Courneuve, salle des conférences (3ème étage).

Les projets à l’ordre du jour sont :

  • Le long du T1 des Cosmonautes jusqu’aux 6 Routes
  • Le long du T1 sur le pont Palmer
  • Le long du T1 de Stade Géo André à Drancy Avenir
  • Liaison 6 Routes – parc de la Courneuve
  • Continuité cyclable Paris-le Bourget sur la N2
  • Avenue Henry Barbusse (travaux en cours)
  • Avenue Waldeck Rochet (retour sur les travaux réalisés)
En jaune, les projet à l'ordre du jour du 15 février.

En jaune, les projet à l’ordre du jour du 15 février.

Même si ces projets intéressent au premier chef La Courneuve (c’est pourquoi l’Association des Citoyens des 4 Routes a été sollicitée), les associations des communes limitrophes et les cyclistes intéressés par ces itinéraires sont invités à participer à ce rendez-vous afin de faire valoir leur droit à des aménagements intelligents, et soignés !

Enfin nous profitons de l’occasion pour vous signaler la création d’un groupe Facebook afin de rassembler les cyclistes de Plaine Commune…

Marché de dupes aux Quatre-Routes : un service public peut en gâcher un autre.

L’Association des Citoyens des 4 Routes continue de s’intéresser à la gestion du marché d’approvisionnement de La Courneuve. Dans les articles précédents, nous avons documenté ses effets sur la vie des riverains et démontré l’inertie des responsables politiques locaux.
Mais cette situation a des répercussions au delà de la vie du marché et perturbe également les missions de transport public de la RATP.

L'affiche qui averti les voyageurs à l'arrêt La Courneuve - 8 Mai 1945.

L’affiche qui avertit les voyageurs à l’arrêt La Courneuve – 8 Mai 1945.

Des voyageurs qui attendent les bus des lignes 152 et 173 qui ne passeront pas. La scène se répète plusieurs fois par semaine à l’arrêt 8 mai 1945 – La Courneuve. Rares sont ceux qui ont vu l’affichette qui indique qu’en raison du marché, cet arrêt n’est pas desservi.

Un bus de la ligne 152 empruntant le souterrain pour éviter le PDU du 8 mai 1945 !

Un bus de la ligne 152 empruntant le souterrain pour éviter l’arrêt du 8 mai 1945 un jour de marché.

Le 152 ne dessert plus la place du 8 mai 1945 afin d’éviter d’être bloqué dans les embouteillages.

En rouge les arrêts et les correspondances non desservis par le 152 les jours de marché.

En rouge l’arrêt et les correspondances non desservis par le 152 les jours de marché.

Le 173 voit son terminus avancé au Fort d’Aubervilliers, et ne dessert plus les trois derniers arrêts de son itinéraire habituel.

En rouge les arrêts et les correspondances non desservis par le 173 les jours de marché.

En rouge les arrêts et les correspondances non desservis par le 173 les jours de marché.

Les voyageurs de ces deux lignes, subissent des temps de trajets rallongés. Pour les personnes à mobilité réduite, ou accompagnées d’enfants en bas âge avec poussette, certaines correspondances deviennent impossibles avec la ligne 1 du tramway, la ligne 7 du métro et les lignes de bus 607, 609, 610 et 611. Et que dire de l’absence de desserte locale ? Lire la suite

Le data center se prend un premier râteau !

En janvier 2013, les bizarreries du calendrier de l’installation rue Rateau du data center de la société Interxion attiraient déjà l’attention de l’Association des Citoyen des 4 Routes (AC4R). A l’époque nous indiquions :

Si le dépôt de fioul s’enflammait les riverains auraient chaud aux fesses. Mais la probabilité que cela arrive est considérée comme très faible…
La probabilité que l’enquête publique lancée il y a quelques jours seulement change quoi que ce soit est également très faible : les cuves de fioul et les groupes électrogènes sont installés, et le data center fonctionne déjà depuis juin dernier.

Pendant l’été 2014, Mediapart publiait une enquête en trois parties sur « L’envers des data centers ». Nous avions eu l’autorisation d’en reproduire le premier article, Ordiland en Seine-Saint-Denis. Son auteur, Jade Lindgaard, mettait en lumière le cas du data center de la rue Rateau et racontait s’être confrontée au silence de Gilles Poux et de Fabrice Coquio, respectivement maire de La Courneuve et PDG d’Interxion.

Extrait du journal municipal Regard n°371

Extrait du journal municipal Regard n°371, décembre 2012.

En janvier 2015, le Toxic Tour Détox 93 passait par La Courneuve. Objectif: montrer la pollution pour mieux lutter contre, et donc présenter au public ces entrepôts qui abritent les serveurs informatiques qui font tourner internet. La promenade urbaine citoyenne organisée à La Courneuve a porté ses fruits : Lire la suite

Ordiland en Seine-Saint-Denis

En janvier 2013, l’Association des Citoyens des 4 Routes avait relayé et documenté dans un article l’opposition des riverains de la rue Rateau à l’installation brutale du data center d’Interxion.
Cet été, c’est Mediapart qui a publié une enquête en trois parties sur « L’envers des data centers ». Nous reproduisons ci-après le premier des 3 articles, avec l’aimable autorisation de Jade Lindgaard, son auteur.

Au nord de Paris, en Seine-Saint-Denis, se multiplient les data centers, ces hangars de serveurs indispensables au fonctionnement d’Internet. Leur besoin en énergie est colossal : ils représentent un quart de la puissance électrique supplémentaire du Grand Paris d’ici 2030. Des riveraines se plaignent de leur impact sur leur vie quotidienne.

À brûle-pourpoint, si l’on vous demandait de pointer sur une carte de France la zone de plus forte concentration de data centers, ces hangars de serveurs informatiques qui font tourner Internet, que désigneriez-vous ? Le quartier de La Défense, près des sièges des multinationales ? Grenoble la technophile, avec son « campus d’innovation » spécialisé en nanotechnologies, Minatec ? Le long du couloir rhodanien et de ses nombreuses centrales nucléaires ?
Vous auriez tort.
La plus forte concentration de data centers s’étale sur Plaine Commune, l’agglomération de Seine-Saint-Denis qui regroupe au nord de Paris, Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve, Stains, Saint-Ouen, Pierrefitte, Villetaneuse, Épinay et l’Île-Saint-Denis.

Par quelle ruse de l’Histoire l’un des départements les plus pauvres de France, havre de cités en galère, s’est-il retrouvé terre pionnière de l’économie numérique ? Par une accumulation d’avantages topographiques et techniques méconnus du grand public : bon équipement en câbles électriques et fibre optique, bonne desserte routière, situation hors zone inondable, foncier pas cher, proximité avec la capitale.

À l’été 2014, une quinzaine de data centers sont en service sur Plaine Commune (sur 130 environ en France dont la moitié en Île-de-France).

Carte des data centers en service en Ile-de-France (pastilles violettes) (DRIEE).

Carte des data centers en service en Ile-de-France (pastilles violettes) (DRIEE).

Visite du site d’Aubervilliers avec Romaric David, informaticien, membre du groupe de services EcoInfo :


Tour Express de Data Centers par Mediapart

À Plaine Commune, plusieurs nouveaux sites sont aujourd’hui en projet, dont un gigantesque data center de 44 000 m2 à La Courneuve, sur l’ancien site d’Eurocopter. Lire la suite

A lire…

couv-guerisondumonde
Belle rencontre littéraire et sérieuse piste de réflexion pour la rentrée :  LA GUERISON DU MONDE de Frédéric Lenoir, aux éditions Fayard.

Vous voulez voir changer votre quartier et pourquoi pas sortir de cette  fameuse  « crise » qui semble avoir gagné tous les esprits ?  A vous de jouer …

« Soyez le changement que vous souhaitez voir ! » disait Gandhi.

Selon l’auteur Frédéric Lenoir, philosophe, écrivain et directeur du magazine Le monde des religions, « c’est quand la pensée, le cœur, les attitudes de la majorité auront changé que le monde changera (…) La solution doit venir de chacun de nous, appelé à un travail sur soi, à une conversion du regard, à un changement de mode de vie. C’est la somme des nouvelles individualités qui créera une collectivité nouvelle (…) »

Lire la suite

Le bac, mention bio !

Jeter ses déchets organiques avec les autres ordures ménagères est une aberration. Pourtant des alternatives existent, et ça n’est pas la première fois qu’on cause compost ici.

Mais une initiative de grande ampleur portée pas le Centre national d’information indépendante sur les déchets (CNIID) viens de débuter pour alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de gérer les biodéchets autrement. Le Cniid et les associations partenaires appellent les citoyens à se mobiliser pour le tri à la source des biodéchets au moyen d’une pétition en ligne sur le site de la campagne jeveuxmonbacbio.org et à participer au recensement des initiatives de compostage partagé qui se développent partout en France.

Le concept est très bien expliqué dans cette petite vidéo :

Allez, on signe maintenant ! Ces signatures permettront d’appuyer les propositions du CNIID pour la gestion séparée des biodéchets lors de la Conférence Environnementale à l’automne et pour les élections municipales de 2014.

Rencontre avec des paysagistes

Ce samedi 1er juin, le Service Culture nous invite :

Dans le cadre de l’aménagement des terrains Poincaré, la réouverture du musée des cultures légumières est programmée. Un chantier école est la première pierre de ce chantier. Les paysagistes du cabinet Empreinte vont présenter le projet qu’ils dessinent en ce moment. Le jardin qui se situe derrière le musée est en cours d’aménagement pour présenter les variétés et les techniques qui ont fait la réputation de la célèbre Plaine des Vertus. Si le temps le permet des plantations seront effectuées. Avis aux amateurs.

Lieu de rendez-vous : 11, rue de l’Abreuvoir
Samedi 1er juin, à 14h

Un data center flambant neuf

Le texte de la pétition diffusée par les riverains de la rue Rateau

Les riverains de la rue Rateau sont inquiets. Eux qui avaient déjà eu à subir les nuisances liées aux activité de la société Derichebourg ont découvert la présence à quelques mètres de leurs habitations de quelques 280 000 litres de fioul destinés à alimenter les groupes électrogènes du data center de la société Interxion.

Cette vidéo promotionnelle explique en détail son projet courneuvien, depuis le chantier jusqu’au fonctionnement des installations :

Concernant les groupes électrogènes et le dépôt de carburant, le Pôle environnement et installations classées de l’Unité territoriale de Seine Saint Denis a émis, à la demande du Préfet, un avis qui précise :

Le principal risque associé aux activités exercées est l’incendie.
(…) En revanche, le scénario d’incendie de la zone de dépotage présente des risques en dehors des limites de propriété du Data Center. L’étude de ce dernier scénario permet de classer ce scénario d’accident comme  » sérieux  » couplée à une gravité de probabilité  » improbable  » rendant ainsi la criticité du scénario acceptable.

En clair : si le dépôt de fioul s’enflammait les riverains auraient chaud aux fesses. Mais la probabilité que cela arrive est considérée comme très faible… Lire la suite

On a testé pour vous : le compost avec PlaineCo

Composter est un moyen écologique et efficace de réduire le volume d’ordures ménagères collecté en traitant sur place, dans un composteur, la partie fermentescible des déchets. Cerise sur le gâteau, le résultat de ce procédé constitue un excellent engrais.

Prenons le cas de notre copropriété d’une cinquantaine de logements aux Quatre Routes à La Courneuve, qui a décidé de tenter l’aventure du compostage collectif en pied d’immeuble.

Un rapide sondage dans l’immeuble a permis de constater que les gens sont déjà sensibilisés à cette pratique, et qu’un bon nombre attendent simplement que la possibilité leur soit offerte pour s’y mettre !

Ça tombe bien, Plaine Commune incite au compostage en fournissant matériel et moyens humains. Pour composter, il faut un bio-sceau par logement (une petite poubelle en plastique pour récupérer les déchets fermentescibles) et un composteur (une grande boite posée sur le sol où les déchets seront compostés). Une courte formation est promise aux volontaires afin de bien comprendre les règles de base et les processus à l’œuvre dans le composteur.

Le composteur signé Plaine Commune.

Seulement voilà, obtenir de notre communauté d’agglomération qu’elle respecte ses engagements jusqu’au bout n’est pas chose aisée : alors qu’un composteur a été installé il y a déjà 6 mois dans le jardin collectif de l’immeuble, les bio-sceaux et la formation des habitants se font toujours attendre. Lire la suite