Marché de dupes aux Quatre-Routes «Une situation compliquée»

Mardi 3 novembre dernier, le comité de voisinage « Quatre-Routes Rateau » a été l’occasion d’aborder une nouvelle fois la situation du marché des Quatre-Routes de La Courneuve.

Nous avons à maintes reprises évoqué ici la gestion déplorable de ce service public comparée aux engagements formalisés dans le contrat de Délégation de Service Public et dans le Règlement général du Marché. Deux documents que s’est procurée l’Association des Citoyens de 4 Routes (AC4R) et qui sont désormais accessibles aux habitants de La Courneuve.

Vente à la sauvette avenue Paul Vaillant Couturier un jour de marché

Vente à la sauvette avenue Paul Vaillant Couturier un jour de marché

RAPPEL À L’ORDRE

Nous ne nous attarderons pas sur l’omniprésence des vendeurs à la sauvette, contre lesquels seule la Police Nationale est compétente. Nous nous contenterons de rappeler à M. Stéphane Troussel, Adjoint aux Finances de La Courneuve, Président du Conseil Départemental, proche du Président de l’Assemblée Nationale et secrétaire national à la décentralisation du parti au pouvoir, qu’il pourrait pour une fois faire profiter notre ville, une des plus pauvres de France, de sa situation politique pour agir en sa faveur afin qu’elle dispose enfin d’effectifs de police décents

Des piétons qui cheminent sur la chaussée de l'exRN2 un jour de marché

Les piétons forcés de cheminer sur la chaussée de l’exRN2 un jour de marché

SURDITÉ OU MÉPRIS ? 

Lors de la réunion, les riverains ont une nouvelle fois listé tous les problèmes causés par le marché, problèmes déjà relayés à maintes reprises auprès des représentants de la ville: difficultés à circuler et à rentrer chez soi, les dégradations des espaces publics (plantations, mobiliers urbains) ou privés (halls et façade des immeubles, entrées des maisons et des garages, etc.)

Devant l'entrée du marché de La Courneuve un dimanche soir

Devant l’entrée du marché de La Courneuve un dimanche soir

Ils ont aussi rappelé leur exaspération face à l’état dans lequel les abords de la Place du 8 mai 1945 sont laissés chaque jour de marché, où sont abandonnés sac, emballages, cartons et cintres qui doivent attendre la fin de journée, et parfois même le lendemain pour être ramassés par les équipes de nettoyage.

Tous ces témoignages des habitants du quartier, et plus particulièrement ceux des riverains évoquent une aggravation sans précédent de la situation. Lire la suite

Marché de dupes aux Quatre-Routes (On ne lâche rien)

Cela fait maintenant 8 mois que l’Association des Citoyens des 4 Routes (AC4R) a commencé à secouer le cocotier du marché, dans l’indifférence totale des élus locaux.

L’expérience quotidienne du marché nous a convaincu que l’extension de 64% de son périmètre entraîne pour les riverains : des risques, des restrictions de stationnement disproportionnées et des nuisances accrues.

L’Association des Citoyens des 4 Routes (AC4R) a donc demandé au Tribunal Administratif l’annulation de l’arrête du 13 novembre 2014 portant nouveau règlement du marché des Quatre Routes.

Jour de marché aux 4 Routes à La Courneuve en 1933 – extrait de l’expo SuperPoses de l’AC4R

Jour de marché aux 4 Routes à La Courneuve en 1933 – extrait de l’expo SuperPoses de l’AC4R

DEUX ACTIONS EN JUSTICE ENTREPRISES PAR L’AC4R

1. Un référé administratif le 12 janvier 2015.
Cette première action au fond est obligatoire et son délai est très long. Elle précède la deuxième action :

2. Un référé suspension le 26 janvier 2015.
C’est une action dont le délai est très court et qui ne statue que sur caractère urgent de l’action. Lire la suite

Marché de dupes aux Quatre-Routes (Mêlez-vous en !)

Depuis le dernier billet consacré au marché fin novembre, l’Association des Citoyens des 4 Routes n’a pas chômé. Après la visite accompagnée des agents de la DDPP, et puisque les élus ne se saisissent pas du dossier, l’association a entamé des démarches auprès du Tribunal Administratif.

L’AC4R vous sollicite pour l’appuyer dans la contestation de l’Arrêté municipal qui modifie le périmètre du marché et des nuisances qui en découlent.

Petite remise en contexte :

DSP_2013Le marché des 4 Routes de La Courneuve est régit par une délégation de service publique (DSP) qui est constituée, entre autres:
- d’un contrat passé entre la ville et le prestataire privé à qui elle a confié la gestion du marché, qui date d’à peine un an,
- d’un règlement général contractuel, qui précise le fonctionnement quotidien du marché.

 

DSP_2014Et voila qu’un nouvel Arrêté municipal portant règlement général du marché vient modifier sans raison le règlement initial!

Les deux documents complémentaires sont devenus incohérents et même contradictoires!

Une de ces contradictions, et pas des moindres, porte sur le périmètre du marché.

Lire la suite

Marché de dupes aux Quatre-Routes (on prend les mêmes et ça recommence)

L’Association des Citoyens des 4 Routes cherche à comprendre comment fonctionne le marché de La Courneuve : une nouvelle mouture du règlement a été adoptée ce jeudi par le conseil municipal pour ordonner le marché provisoire.

Mais ce nouveau règlement est un attrape-nigauds puisque personne ne contrôle que le délégataire l’applique effectivement. Preuve en est, sur le marché tout juste déménagé, il est joyeusement piétiné :

Bonjour l’hygiène !

A gauche les poubelles vues du chapiteau, à droite le chapiteau vu des poubelles...

A gauche les poubelles vues du chapiteau, à droite le chapiteau vu des poubelles…

Les jus des bacs à ordure dédiés au marché coulent de l’extérieur vers l’intérieur du chapiteau en longeant les étals jusqu’aux bouches d’évacuation, et sans que rien n’empêche commerçants et chalands d’y patauger.

0930_Marche4R-21

A l’extérieur du chapiteau: des flaques. A l’intérieur: des fuites.

Les pentes réalisées entrainent également les eaux pluviales dans le chapiteau par le dessous les parois en tôles malgré l’étanchéité grossière réalisée. Elles lessivent le sol des étals où sont les branchements d’eau potables, et vont polluer les étals voisins.

0930_Marche4R-06

Sous le chapiteau, au sol : une prises d’eau d’un étal.

Le site de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) publie les recommandation concernant la conception et la gestion des halles fermées dont l’usage est réservé au marché, qui semblent avoir été ignorées.

L’AC4R a alerté le Service Communal d’Hygiène et Santé (SCHS) ainsi que le Conseiller municipal délégué au marché. Interrogé jeudi dernier lors du conseil municipal, Monsieur Irani indiquait pourtant qu’une commission de sécurité s’était réunie en bonne et due forme le 2 octobre.

Ce ne sont hélas pas les seuls points qui inquiètent à propos du marché provisoire, la sécurité et le confort des riverains sont aussi mis à mal, à commencer par ceux des plus vulnérables : Lire la suite

Le square Jean Jaurès de nouveau « open bar »

Les riverains du quartier avaient déploré pendant plus de 2 ans l’absence de contrôle des parcs et jardins du quartier, régulièrement investis principalement par des personnes pour y consommer de fortes quantités d’alcool.

Ce n’est qu’il y a environ 12 mois que la Mairie a enfin réagi en faisant fermer les accès aux squares par une société de gardiennage (18h en hiver, 20h en été), mais depuis cet été, les grilles semblent avoir été forcées ou sont du moins ouvertes en permanence des deux côtés du square. Évidemment, aucune réaction visible de la Mairie, ni de Plaine Commune !

Avril 2011, dans le petit square qui fait face à la maternelle Paul Doumer...

Le soir, en particulier en fin de semaine, le square Jean Jaurès est redevenu le plus grand bar à ciel ouvert à des kilomètres à la ronde. Le lendemain matin, la quantité de bouteilles vides est impressionnante.

Les riverains sont de nouveau privés d’un lieu de détente pour leurs enfants. La Mairie s’était déjà refusée à créer des policiers municipaux pour faire respecter le lieu. Son intérêt pour le contrôle de son accès n’aura pas duré. Sommes-nous nous étonnés ? pas vraiment…

Des toilettes publiques, c’est possible… à Aubervilliers

Nous avons réclamé sans succès jusque là des toilettes publiques pour notre quartier pour proposer une alternative au fait d’uriner en ville, qui cause des odeurs désagréables et des problèmes d’hygiène.

Des communes proches ont franchi le pas, comme Aubervilliers.  A côté du marché de la porte de la Villette, un automate ultra-moderne a été installé pour permettre de se soulager. A quand la même chose dans notre quartier et le moyen de verbaliser les contrevenants ?

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout reste sur le trottoir.

Il existe une exception à la règle qui veut que « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » attribuée à Antoine Lavoisier. Elle se vérifie aujourd’hui encore dans la rue qui porte son nom, dans le quartier des Quatre Routes à la Courneuve, où d’un bout à l’autre s’amoncèlent détritus, encombrants et gravas en tout genres.

Dépôts sauvages rue Lavoisier

Dépôts sauvages rue Lavoisier

En effet, rue Lavoisier, rien ne se perd, rien ne se crée, tout reste sur le trottoir ! Et ça n’est pas la première fois, en septembre dernier avions déjà relayé le ras-le-bol des riverains qui font les frais de cette situation récurrente, à laquelle s’ajoute le voisinage difficile du garage qui fait l’angle avec la rue Marcellin Berthelot.

Ces problème maintes fois signalés à la Mairie, ne semblent pas y trouver l’attention qu’ils méritent. On nous rétorquera, comme à l’habitude, que les grands travaux à venir sont la solution à tout.

Mais en attendant, des gens vivent là, et rien ne justifie qu’on ignore leur aspiration légitime à un cadre de vie décent.

Dépôt sauvage rue du Président Wilson

Wilson-ordures

Voilà le triste spectacle qu’offre le plus souvent l’angle de ces deux rues des Quatre-Routes. Encore un bel exemple de l’incurie municipale et intercommunale à assurer ses missions. Pour mémoire, ce lieu est celui où l’on avait retrouvé voici quelques mois le cadavre de l’homme à la tête et aux bras tranchés dans un règlement de comptes, ce qui avait entraîné la fermeture de l’épicerie voisine, dont la principale activité était en fait de vendre de l’alcool la nuit.