Privés de desserte !

Velib’ et Autolib sont récemment devenus accessibles aux communes comprises dans la limite du périmètre de la Métropole du Grand Paris, sous réserve qu’elles aient adhéré au syndicat Autolib’ et Vélib’ Métropole, avant le 30 juin dernier.

Station Autolib' - Credit photo : Matthieu Fierling

Station Autolib’ – Credit photo : Matthieu Fierling

Jeune, modeste et faiblement motorisée, il est probable que la population de La Courneuve ait été intéressée par ces solutions de transport partagées et pratiques. Encore eut-il fallu le lui proposer…

EN CATIMINI

Faisant une nouvelle fois fi de la consultation et de la participation citoyenne dont la communication municipale nous rebat pourtant les oreilles, c’est à huis clos, lors d’une réunion du Bureau municipal, que les élus de la majorité ont discrètement décidé de priver les Courneuviens de ces solutions de mobilité urbaine alternatives.

Extrait du Bilan de mi-mandat (corrigé)

Extrait du Bilan de mi-mandat (corrigé)

L’opposition locale est si faible que l’adhésion de notre commune au syndicat Autlolib’ Vélib’ Métropole aurait pu être débattue sans risque lors d’une réunion du Conseil municipal. Lire la suite

Concertation « à la Charte »

L’absence de concertation est la marque de la politique locale. Qu’il s’agisse de petits chantiers ou de grands travaux, les citoyens sont systématiquement tenus à l’écart.

En avril 2015, l’Association des Citoyens des Quatre-Routes relatait comment les habitants avait été consultés à l’insu de leur plein gré concernant l’Îlot du Marché, et de quelle manière la SEM Plaine Commune et la municipalité s’arrangeaient avec la réalité.

Dernier exemple en date, en octobre 2015, lorsque le projet de HLM de la rue du Président Wilson a été présenté aux habitants du quartier : la question de la concertation a été une nouvelle fois soulevée par l’AC4R. Le maire de La Courneuve avait alors justifié son absence par le caractère privé du projet, le promoteur étant la Société Anonyme HLM de la Plaine de France.

Ce que Gilles Poux omettait de préciser, c’est que la ville de La Courneuve est un partenaire historique de la société, qu’elle en est actionnaire, et qu’elle siège à son Comité d’Administration ! Cette situation privilégiée lui permettait donc au minimum d’exiger une phase de concertation.

Le projet

Le projet de la SAHLM Plaine de France à l’angle des rues Marcelin Berthelot et du Président Wilson

Sont ainsi sortis de terre, pêle-mêle, la résidence le Bellevue, l’Îlot des pointes, ou le projet Toit et Joie sur l’ancien site Prévôt-Cartier…sans que les habitants du quartier n’aient eu leur mot à dire.

Ce triste constat avait été partagé et communiqué lors de la réunion du Bureau Comité de voisinage du quartier en avril 2015. La proposition citoyenne de réfléchir à des modalités de concertation n’avait malheureusement pas trouvé d’écho du côté des instances municipales.

Puis discrètement, en juin dernier le Conseil municipal a voté une « Charte de concertation des habitants sur les transformations urbaines ». Si si. Vous l’ignoriez ? Normal. Lire la suite

Qu’est-ce qu’on fête ?

On connaissait déjà le goût du Maire de la Courneuve pour les jolies voitures, mais le compte rendu du Conseil municipal de décembre nous apprend qu’il a aussi un faible pour le champagne.

Extrait du compte rendu du Conseil Municipal du 17 décembre 2015

Extrait du compte rendu du Conseil Municipal du 17 décembre 2015

De quoi l’édile se réjouit-il pour envisager d’en commander pour 25,000€, voire 50,000€? Lire la suite

Marché de dupes aux Quatre-Routes (Quand ça veut pas)

Comme vous le savez, l’Association des Citoyens des 4 Routes alerte depuis des mois les autorités sur la dégradation du fonctionnement du marché des Quatre-Routes. Nous nous faisons le relai de l’exaspération grandissante des riverains et de certains commerçants du marché, qui malgré leurs alertes, ne voient pas la situation s’améliorer, bien au contraire.

LA STRATÉGIE DU DÉGOÛT

Nous rapportions dans ce précédent billet les questions posées lors de la réunion de comité de voisinage du 3 novembre. A son issue, M. Yoann Elice (Conseiller municipal) avait promis des réponses.
Deux mois plus tard les réponses promises étaient très attendues par les membres du Bureau du Comité de voisinage. Mais lors de leur réunion du 8 janvier, c’est la politique de la chaise vide qui a été adoptée nos vaillants représentants municipaux !
LC_ChaiseVideDans ces conditions, ces habitants impliqués dans la vie de leur quartier s’interrogent légitimement sur l’utilité de siéger dans ce type d’instance, d’y consacrer leur temps et leur l’énergie alors que les sujets discutés depuis plus d’un an ne trouvent pas écho du côté de la municipalité.

CORRESPONDANCES

Depuis, nous ont été transmis deux récents courriers de M. Stéphane Troussel, Président du Conseil Général de la Seine-Saint-Denis et Conseiller municipal à La Courneuve.
Nous vous livrons ci-après le contenu de ces courriers.

Lire la suite

Mission Caracas !

Le compte-rendu du Conseil municipal du 30 septembre dernier nous apprend que la Ville de la Courneuve a adhéré à une association nommée le Laboratoire International pour l’Habitat Populaire (LIHP).

Extrait du compte rendu

Extrait du compte-rendu du Conseil municipal du 30 septembre 2015

Dans un billet intitulé Mission Carracas, l’association relaie sur son blog une escapade d’une semaine au Venezuela à laquelle participaient une petite délégation de la mairie de La Courneuve.

Mmes Corinne Cadays-Delhome, et Marjolaine Mock Joubert, respectivement 6ème adjointe et collaboratrice du Maire de La Courneuve, ont assisté au séminaire international « Villes écosocialistes: du développement durable à la révolution urbaine » co-organisé par l’association dans la capitale vénézuélienne. Lire la suite

Marché de dupes aux Quatre-Routes (mise au point)

L’Association des Citoyens des 4 Routes cherche toujours à comprendre comment fonctionne le marché de La Courneuve et quels sont les liens qui unissent depuis 35 ans la municipalité de La Courneuve à la société Lombard et Guérin.
La bonne nouvelle c’est qu’elle ne cherche plus toute seule…quelques explications :

Une patience bien mal récompensée

Il aura finalement fallu 5 mois et bien des péripéties pour que le Conseiller municipal délégué à la vie du marché rencontre des membres de l’association; c’était le 21 octobre dernier. Malheureusement, nos préoccupations concernant le fonctionnement du marché n’ont pas été apaisées.
Un mois plus tard, les réponses à nos question et le compte-rendu promis se faisant toujours attendre, l’AC4R a donc décidé de saisir l’autorité compétente en la matière : la Direction Départementale de la Protection des Populations de Seine-Saint-Denis (DDPP).

Une visite conjointe a donc eu lieu vendredi dernier en compagnie d’agents du Pôle Services – orientation des litiges contractuels de la DDPP, qui ont pour mission de vérifier la bonne application de la réglementation par les prestataires de service.

Les bruits qui courent

Même s’ils se sont plus inquiétés des conditions de travail des commerçants que de la qualité de la marchandise, la venue de ces inspecteurs de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes a naturellement suscité des interrogations.
Et on peut comprendre la réaction de certain commerçants, à qui on agite régulièrement la menace d’une fermeture du marché pour faire taire leurs revendications qui se multiplient depuis le déménagement. Un exemple parmi d’autres de la gestion périlleuse de ce service public.

Extrait de l'expo SuperPoses de l'AC4R

La façade du marché des 4 Routes à La Courneuve – extrait de l’expo SuperPoses de l’AC4R

L’AC4R œuvre depuis des mois pour que lui soit expliqué cette gestion qui se fait à la fois au détriment des riverains et des commerçants et qui, à terme, menace un marché qui est aussi ancien que le quartier des 4 Routes.
La visite de la DDPP sera certainement à l’ordre du jour de la Commission consultative des marchés prévue demain. Nous veillerons particulièrement à ce que ne soit pas attribué d’autres intentions à l’association que celle exposée ici.

Un avenir en point d’interrogation

L’activité du marché est très fragilisée, et la conjoncture n’explique pas tout.

  • Quelles actions la municipalité envisage-t-elle pour rétablir l’équilibre commercial local qu’elle a contribué à bouleverser en déménageant précipitamment le marché ?
  • Va-t-elle enfin mettre en œuvre un contrôle de la délégation du service public du Marché des 4 Routes qui garantisse une cohabitation apaisée de l’activité commerciale avec les autres composantes du quartier ?

À suivre…

Marché de dupes aux Quatre-Routes (on prend les mêmes et ça recommence)

L’Association des Citoyens des 4 Routes cherche à comprendre comment fonctionne le marché de La Courneuve : une nouvelle mouture du règlement a été adoptée ce jeudi par le conseil municipal pour ordonner le marché provisoire.

Mais ce nouveau règlement est un attrape-nigauds puisque personne ne contrôle que le délégataire l’applique effectivement. Preuve en est, sur le marché tout juste déménagé, il est joyeusement piétiné :

Bonjour l’hygiène !

A gauche les poubelles vues du chapiteau, à droite le chapiteau vu des poubelles...

A gauche les poubelles vues du chapiteau, à droite le chapiteau vu des poubelles…

Les jus des bacs à ordure dédiés au marché coulent de l’extérieur vers l’intérieur du chapiteau en longeant les étals jusqu’aux bouches d’évacuation, et sans que rien n’empêche commerçants et chalands d’y patauger.

0930_Marche4R-21

A l’extérieur du chapiteau: des flaques. A l’intérieur: des fuites.

Les pentes réalisées entrainent également les eaux pluviales dans le chapiteau par le dessous les parois en tôles malgré l’étanchéité grossière réalisée. Elles lessivent le sol des étals où sont les branchements d’eau potables, et vont polluer les étals voisins.

0930_Marche4R-06

Sous le chapiteau, au sol : une prises d’eau d’un étal.

Le site de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) publie les recommandation concernant la conception et la gestion des halles fermées dont l’usage est réservé au marché, qui semblent avoir été ignorées.

L’AC4R a alerté le Service Communal d’Hygiène et Santé (SCHS) ainsi que le Conseiller municipal délégué au marché. Interrogé jeudi dernier lors du conseil municipal, Monsieur Irani indiquait pourtant qu’une commission de sécurité s’était réunie en bonne et due forme le 2 octobre.

Ce ne sont hélas pas les seuls points qui inquiètent à propos du marché provisoire, la sécurité et le confort des riverains sont aussi mis à mal, à commencer par ceux des plus vulnérables : Lire la suite

Une pétition contre la voie de garage

Ils ne sont pas du genre à lâcher le morceau.

Depuis bientôt 15 ans ce couple d’habitants du quartier remue ciel et terre pour obtenir que l’espace public soit respecté et que la loi s’y applique.

Depuis des années, les activités du garage de l’angle des rues Lavoisier et Marcelin Berthelot, qui a pour spécialité les véhicules utilitaires en « bout de course », débordent du périmètre du hangar et nuisent à la qualité de vie des riverains.

GarageLavoisier_01

Pas encore terminé, le trottoir qui mène à la nouvelle école est déjà souillé.

La monopolisation du stationnement des rues adjacentes est permanente, le stationnement sur les trottoirs et les passages protégés une habitude, et l’entreposage d’épaves sur la voie publique est régulier. Sans oublier les vidanges maladroites qui sont souvent parties à l’égout.

Devenu monnaie courante dans le quartier, cet usage dévoyé de l’espace public a gagné en visibilité depuis l’ouverture, face au garage, du nouveau groupe scolaire Angela Davis qui draine 5 fois par jour son flot d’adultes et d’enfants.

Le fait que pareille situation puisse perdurer depuis si longtemps soulève bien des questions sur la capacité et/ou la volonté d’agir des autorités… Lire la suite

SOS au 30 Rue Guy Môquet (2) ou les limites de la République

1 ) Petite chronique : les marchands de sommeil ont la belle vie ! A tel point qu’on peut se demander si ils ne sont pas protégés par une main invisible.

Ma première alerte SOS au 30 rue Guy Môquet publiée le 9 Juin à aussitôt été suivi par une saisine de M. Stéphane Troussel qui a officiellement, dans un courrier du 15 Juin 2012demandé à M.  Le Préfet Lambert une surveillance accrue du site.

Dans le même temps, et parce que tout le monde m’explique que la municipalité fait le maximum dans cette affaire, je décide de contacter la mairie pour connaitre l’avancement du dossier. La réponse à été : « Oui Monsieur le maire connait le dossier » : c’est déjà une excellente nouvelle non ?! Malheureusement je n’ai pas pu avoir un rendez-vous !

Le 28 juin 2012 j’appelle le bureau de notre nouvelle député, Marie George Buffet, et je laisse plusieurs messages en demandant un rendez-vous. [Le sujet ne doit finalement intéresser personne puisque personne n'a même essayé de me rappeler ou parce que nous ne sommes plus en campagne électorale]

Le 29 juin le Conseil municipal décide de mandater un avocat pour défendre la ville qui est attaquée pour la publication d’un article sur notre propriétaire préféré, pour violation de la présomption d’innocence. Lire la suite

Nouvelle crise dans la majorité municipale

Lors de sa réunion ce jeudi à 19h30, le Conseil municipal de La Courneuve devra se délibérer sur le maintien ou pas dans ses fonctions de maire-adjoint de Laurent Thibaut.

Voir le projet de délibération.

En effet, Gilles Poux lui a retiré sa délégation de maire-adjoint fin octobre. Étonnamment, il propose de maintenir Laurent Thibaut dans sa fonction de maire-adjoint (défrayé 1831,34 euros par mois ?) mais sans délégation ! Défrayé sans raison ?  Nous ne pourrions imaginer cela de cet élu absent des dernières réunions de concertation dans notre quartier.

Laurent Thibaut présidant un comité de voisinage à la boutique de quartier des Quatre Routes en 2010.

Ses délégations vont-elles être attribuées à un autre élu ou resteront-elles exercées par un Maire qui concentre déjà de nombreuses attributions municipales (Citoyenneté et lutte contre les discriminations, Rénovation urbaine), sans compter sa vice-présidence de Plaine commune en charge de la rénovation urbaine et de la politique de la ville. Voilà qui sentirait bon le centralisme démocratique pour celui est aussi vice-président du SEDIF !

Après la démission en 2010 de la conseillère municipale déléguée Leila Azouz, puis celle en 2011 de Khaled Benlafkih de sa fonction de maire-adjoint à l’urbanisme, voici une nouvelle crise dans une majorité municipale désunie.

Les élus Lutte ouvrière, membres de la majorité municipale, votent plus souvent contre les délibérations du Maire que toute l’opposition réunie ! Une première adjointe qui ne vote pas une délibération concernant son quartier. Des conseillers municipaux indociles (Anthony Couteau-Russel). Des éclats de voix de Laurent Santoire se présentant comme un « vrai communiste » par opposition à ses confrères du Conseil municipal. Qu’elles doivent être longues ces six années de mandat…

Au fait, la délibération soumise au vote n’explique pas les raisons du retrait de délégation à Laurent Thibaut, élu passé successivement du PS au MRC puis au MARS puis au Parti de gauche (avant la reprise en main de sa section locale par des proches du PC).

Peut-être que les débats du Conseil municipal apporteront des éclaircissements sur les raisons de fond, celles qui intéressent vraiment la ville et ses habitants, opposant Monsieur Thibaut au Maire.