Billet d’humeur

Rue Danton, jeudi en fin d’après-midi (vers 18 heures 30 environ) une voisine s’est fait arracher son sac et le voleur s’est sauvé vers la rue Anatole France. Ce n’est pas la première fois que des habitants de cette rue, subissent des agressions et des vols :

  • bombe lacrymogène reçue par un voisin devant son domicile,
  • cambriolages pendant l’été,
  • vol de son portefeuille à plusieurs reprises face à un voleur avec couteau. Ce retraité m’a dit qu’il ne sortait plus si le jour ne s’est pas complètement levé.

Je constate que les personnes âgées, les femmes, et les habitants d’origine chinoise sont les principales victimes de ces agressions et de ces vols. Autour de moi, je sens les gens plus inquiets qu’avant face à cette insécurité. Il est vrai que des véhicules de la police nationale passent quotidiennement dans la rue Danton mais j’ai l’impression que cela ne suffit pas. J’étais pour la création de la police municipale mais cela n’a pas été possible !!

Depuis plusieurs années, des caméras de surveillance ont été installées au bout de la rue Danton (rue Anatole France) mais ces caméras fonctionnent-elles réellement ? Les images sont-elles traitées pour retrouver les agresseurs ? Et par qui ?

Et je ne parle des problèmes électriques sur l’avenue Jean-Jaurès (côté pair). Il suffit de passer le soir vers 18 heures pour s’apercevoir que l’éclairage extérieur ne fonctionne pas. Les services compétents ont-ils été informés ?

Un habitant de la rue Danton

Avec See Click fix, plus de lumière rue Rateau

Lampadaire-145Rateau

Les plus attentifs l’auront remarqué depuis plusieurs semaines, mais la rue Rateau compte (grâce au seul signalement sur See Click Fix) un lampadaire de plus. En effet, dans le virage entre l’entrée d’Alstom et le carrefour avant l’avenue Paul Vaillant-Couturier, on avançait à l’aveuglette au niveau du numéro 145.

Mais maintenant, on peut marcher ou rouler en voiture (ou en vélo) sans zone d’ombre. Il faudrait rajouter maintenant un peu de goudron au pied du poteau, mais, au moins, on voit bien qu’il a été posé récemment.

Si vous cherchez ce candélabre, il est facile à reconnaître car il a une lumière blanche (au lieu d’une lumière jaune pour les autres). Comme quoi, ces gens de l’Hôtel de Ville qui nous traitaient par le mépris s’intéressent parfois aux demandes des habitants. Espérons que ce sera aussi le cas pour la révision du Plan Local d’Urbanisme…

La Courneuve, c’est « Les soviets plus l’électricité » ?

Qu’elle est dure la transition ! Vous descendez la Nationale 2 du Bourget en direction de La Courneuve : les illuminations de l’avenue (en leds) rappellent ceux des Champs-Élysées et l’éclairage public semble fonctionner partout.

Puis vous arrivez à La Courneuve. A hauteur du Mac Donald’s, vous vous retrouvez dans le noir sur la portion de route de la DDE menant au rond-point de l’A86. Revenez vers notre quartier et arrêtez-vous devant les écoles Anatole France et Paul Doumer : un ou plusieurs lampadaires ne marchent pas. Super pour la rentrée de demain.

Pour se consoler, on constatera que ce n’est pas mieux au centre-ville : le Carrefour des Six-Routes et le début du boulevard Pasteur sont dans le noir depuis un mois, tout comme un des deux côtés de la rue de la Convention. Rue du Chevalier de la Barre, trois lampadaires sont hors service.__ Pourtant un camion ENTRA est garé juste à proximité. A quoi sert donc cette société qui a en charge l’entretien du réseau d’éclairage de notre ville ? __ Peu après la Révolution russe, Lénine déclarait « Le communisme, c’est les soviets plus l’électricité ». A La Courneuve, il ne manque plus que l’électricité…

Allo Agglo ou Allo gogo ?

Plein de bonne volonté envers la communication municipale, j’ai saisi le 30 juin « Allo Agglo » de problèmes d’éclairage dans notre quartier en donnant quelques adresses d’ampoules qui ne marchent pas ou seulement par intermittence. J’ai spécifié les adresses suivantes : 6 et 111 avenue Paul Vaillant-Couturier et 2 rue des Prévoyants.

Le 13 juillet, la situation n’était pas réglée. J’ai donc rappelé ce matin cette plate-forme d’appel qui a retrouvé trace de mon précédent signalement et qui était surprise que le problème n’ait pas été traité dans les deux jours maximum. J’ai donc resignalé les mêmes adresses en y ajoutant le 12 rue Edmond Rostand et le 1-5 rue de Berri.

Cette mésaventure « éclairante » montre que ce n’est pas tant le numéro d’appel (la dame qui m’a répondu était cordiale) qui pose problème qui son suivi : – si le service concerné (voirie ?) fait son travail, pourquoi ne vérifie t-il pas que les travaux demandés ont été faits ? – pourquoi le service concerné ne signale t-il pas à Allo Agglo le résultat obtenu ? Des bonnes intentions à la proximité avec le citoyen, on voit qu’il y une marge importante…

Ce qui est de plus en plus manifeste, c’est l’incompétence de la société chargée de l’entretien de l’éclairage (Entra) qui ne semble guère réactive dans les demandes qui lui sont adressées et qui pourrait d’ailleurs prendre elle-même l’initiative de vérifier l’état de ses ampoules et lampadaires sans attendre que les citoyens doit signaler chaque problème.

Le 13 juillet au soir, c’est presque tout le centre-ville qui était plongé dans le noir. Hier 14 juillet, c’était le cas de moitié de notre quartier : rue Edouard Renard, de l’avenue Anatole France, de la rue du Docteur Roux, de moitié de l’avenue Paul Vaillant-Couturier, etc… Le scandale continue…