Extrême confusion des genres à La Courneuve

Décidément la vie associative à La Courneuve réserve bien des surprises !

Fâché tout rouge par l’affichage de l’Association des Citoyens des 4 Routes (AC4R) à l’occasion de la fête de l’humanité, l’actuel maire Gilles Poux avait porté plainte pour injures publiques. Plainte que les juges du tribunal de Bobigny ont écarté en novembre dernier, non sans en profiter pour rire un bon coup à notre humour potache.

Suite à cette brouille, nous avons été écartés de divers échanges ou partenariats avec la Ville auxquels notre association de quartier pouvait prétendre : participation à la fête des voisins en 2012, utilisation d’une salle de quartier pour se réunir, etc. Dont acte. Nous avons pris le parti de dire ce que nous avons à dire, quitte à froisser quelques ego et à se voir fermer quelques portes au nez…

La voie judiciaire n’ayant pas fait recette, il semble que la ville ait choisi de soutenir une toute nouvelle association, dont le sigle et le nom, étonnamment proches des nôtres, ont attiré notre attention. D’autant plus quand nous avons constaté que notre « clone », l’Association des Résidents Citoyens (ARC4) était soutenue financièrement par la Ville et associée à la fête des voisins de 2013 programmée après-demain, dimanche 2 juin.

A gauche l'Association des Citoyens des 4 Routes. A droite l'Association des Résidents Citoyens. Cherchez l'erreur !

En effet, ces derniers mois nous avons pu voir fleurir sur les façades des pavillons du quartier des petit panonceaux figurant un hibou et signés ARC4.
Nous avons donc décidé de nous renseigner un peu, afin de mieux connaître cette association, et nous n’avons pas été déçus du “voyage”.

Nous avons donc pris la plume pour demander au Maire de La Courneuve quelques éclaircissement concernant l’instauration très discrète d’un dispositif de « Voisins vigilants » dans le quartier, et les raisons qui motivent son soutien à une association dont le site internet véhicule des propos que ne renieraient pas l’extrême droite.

Nous ne manquerons pas de vous faire part de la réponse à ce courrier, reproduit ci-après, si d’aventure nous en recevions une.

Courrier adressé par email et par lettre recommandée avec accusé de réception

Objet : Fête des voisins organisée par la Ville en lien avec l’Association des Résidents Citoyens (ARC4) / dispositif «Voisins Vigilants»

Monsieur le Maire,

Nous nous permettons de nous adresser à vous, suite aux affichages concernant la fête des voisins que la Mairie organise cette année avec l’Association des Résidents Citoyens (ARC4).

Nous avons découvert cette association il y a quelques mois lorsque nous avons vu fleurir sur les façades des pavillons du quartier des 4 Routes des petits panonceaux figurant un hibou et signés ARC4. Cela a d’autant plus attiré notre attention que, par le choix de son sigle, cette association, vous en conviendrez, semble faire écho à notre propre association (AC4R).

Nous avons alors découvert le choix de la municipalité de notre ville d’accompagner et de subventionner le dispositif “Voisins Vigilants” porté par l’Association des Résidents Citoyens (ARC4).

Cette décision soulève plusieurs questions et provoque quelques inquiétudes parmi nos adhérents :

En effet, la Ligue des Droits de l’Homme s’inquiète de la philosophie de ce projet “Avec les “Voisins Vigilants”, nous faisons un pas supplémentaire dans la société de la suspicion. Chacun est appelé à voir en l’autre un délinquant ou un criminel potentiel, à douter en permanence de l’innocence de l’autre, à surveiller et s’auto-surveiller en permanence, comme aux meilleurs années de régimes hautement condamnés par tous les démocrates.

Tract du PCF (2012)

Le Parti Communiste qualifie, quant à lui, de dangereux le concept et Le Parti de Gauche s’inquiète de “la mise en place progressive et sournoise d’un réseau de délation généralisé où tout le monde surveille tout le monde, où le soupçon l’emporte d’emblée sur la bienveillance”.

Notre députée Madame Marie-George Buffet, dont vous êtes le suppléant, s’interrogeant sur la conformité de l’opération « Voisins vigilants » avec la loi française et avec nos valeurs et principes républicains, a demandé la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire relative à l’opération “Voisins vigilants”.

Alors que le sujet fait manifestement débat, nous nous interrogeons sur les raisons pour lesquelles, à La Courneuve, le dispositif “Voisins vigilants” a été mis en place sans concertation alors qu’en 2011 la question d’une police municipale avait fait l’objet d’une consultation populaire. A l’époque vous vous opposiez au projet au  motif que “la sécurité des biens et des personnes est l’une des principales fonctions de l’État et l’un des fondements de notre république.” Nous ne pouvons croire que vous encouragiez aujourd’hui chaque citoyen à assurer un rôle de vigilance et à se substituer en partie aux forces de l’ordre. Lire la suite

James Howard Kunstler dissèque la banlieue

Notre banlieue n’est pas une banlieue américaine, mais les réflexions de James Howard Kunstler s’appliquent dans de nombreux domaines à La Courneuve.

Ceux qui se piquent d’urbanisme et qui décident du cadre de notre vie seraient bien inspirés de visionner cette petite conférence.

20 minutes d’intelligence et de bonnes vannes sur des banlieues pas si différentes de la notre.

SOS au 30 Rue Guy Môquet (2) ou les limites de la République

1 ) Petite chronique : les marchands de sommeil ont la belle vie ! A tel point qu’on peut se demander si ils ne sont pas protégés par une main invisible.

Ma première alerte SOS au 30 rue Guy Môquet publiée le 9 Juin à aussitôt été suivi par une saisine de M. Stéphane Troussel qui a officiellement, dans un courrier du 15 Juin 2012demandé à M.  Le Préfet Lambert une surveillance accrue du site.

Dans le même temps, et parce que tout le monde m’explique que la municipalité fait le maximum dans cette affaire, je décide de contacter la mairie pour connaitre l’avancement du dossier. La réponse à été : « Oui Monsieur le maire connait le dossier » : c’est déjà une excellente nouvelle non ?! Malheureusement je n’ai pas pu avoir un rendez-vous !

Le 28 juin 2012 j’appelle le bureau de notre nouvelle député, Marie George Buffet, et je laisse plusieurs messages en demandant un rendez-vous. [Le sujet ne doit finalement intéresser personne puisque personne n'a même essayé de me rappeler ou parce que nous ne sommes plus en campagne électorale]

Le 29 juin le Conseil municipal décide de mandater un avocat pour défendre la ville qui est attaquée pour la publication d’un article sur notre propriétaire préféré, pour violation de la présomption d’innocence. Lire la suite

Plaine Co et le sens de l’humour (bis!)

Dans la veine de l’article précédent, admirons aussi le stationnement pour handicapés rue Anatole France, juste en face de l’impasse menant à la maison de l’enfance (bon nid à épaves de voitures par ailleurs…)

Place de stationnement pour personnes handicapées, face à l'école Anatole France

Là l’automobiliste peut stationner sur la place réservée. Mais ensuite, surprise : le conducteur verra sa porte bloquée par une bordure anti-stationnement sur le trottoir !

En somme, l’automobiliste handicapé peut stationner, mais impossible pour lui de sortir de son véhicule. Au fait, samedi dernier, c’était la Journée de l’accessibilité A La Courneuve, attendra t-on l’année prochaine pour remédier à ce problème ?

Retour sur la rencontre avec Matthieu Ringot, commissaire de police de La Courneuve

Nous étions une bonne poignée d’habitants des 4 routes hier soir, jeudi 11 octobre, à assister à la rencontre/échange avec le nouveau commissaire de police de La Courneuve (+Dugny-LeBourget), Matthieu Ringot.

On commence pile à l’heure et avec un bataillon de représentants/élus de la Mairie. L’adjointe à la Tranquillité publique, développement durable et environnement finit par rentrer dans le sujet, non sans nous avoir présenté les projets de la Ville sur des sujets variés et sans rapport avec notre rencontre du jour (réfection de la Maison de l’Enfance.. ?) … Bref, pas moins de 9 représentants de la Mairie (qui feront surtout acte de présence pendant la soirée)…, une représentante de Plaine Commune Habitat (un bailleur) pour deux policiers !

Le Commissaire de Police vient accompagner de l’un de ses adjoints, « référent » sur le quartier des 4R. Et les discussions commencent. Il nous faudra quelques instants pour comprendre que le commissaire était surtout preneur de détails (qui, quoi, où, comment) alors que nous pensions évoquer les problèmes de façon un peu globale sur la Ville, le quartier et la façon dont la Police Nationale envisageait d’y remédier.

Pas grave ! Le commissaire prend note, son adjoint aussi, ils apportent ou essaient d’apporter des réponses quand ils le peuvent.

Ils nous expliquent comment ils travaillent au quotidien, que le commissariat de la ville n’est pas le moins doté qu’ils aient vu dans leur carrière (170 policiers au total… mais pour 3 villes avec le nécessaire « roulement » entre les équipes, on avoue qu’on est restés dubitatifs…). Il nous rappelle que si l’on souhaite une intervention de police, il faut appeler le 17 et pas le commissariat en direct (car les équipages peuvent venir d’autres villes ou points du département en cas de besoin), que la vidéosurveillance est accessible (même en urgence) à tous les officiers de police judiciaire (même si, en terme de rapidité d’intervention, « on est pas dans les experts non plus »), nous fait un bilan des actions stationnement (avec des chiffres tellement au-dessus de nos croyances que l’on ne sait qu’en penser, même si on les croit sur parole).

Le commissaire est preneur de toutes les informations que les riverains voudraient lui apporter. Il laisse ses coordonnées à qui les demande (nous les tenons à disposition pour qui les désire / envoyez email à AC4R), poursuit les échanges après la fin de la réunion à 21h. Les habitants sont majoritairement venus d’Anatole France et de la Cité des Fleurs. Leurs problèmes relèvent du stationnement, des incivilités et surtout… de la drogue, une vraie plaie pour la Cité des Fleurs notamment.

Nous repartons avec un sentiment plutôt positif, d’un commissaire plutôt droit dans ses bottes et qui essaie de faire son boulot, comme son adjoint, de personnes ouvertes prêtes à écouter.

On verra à l’usage !

L’arbre qui cache la forêt

Ce blog s’est souvent fait l’écho de la « disparition » de la végétation courneuvienne, notamment sur le quartier des 4 Routes.

Ainsi des arbres centenaires des espaces verts de la Maison des Jeunes Guy Moquet (lire ici). Mais aussi des arbres bordant la nationale 2 (avenue Paul Vaillant Couturier – sud en particulier) qui disparaitront, semble-t-il, avec les travaux du Pôle de Déplacement Urbain (PDU) que constitue la place du 8 mai 1945 et ne seront pas remplacés (un oubli fortuit du Conseil Général nous a-t-on dit!!).

Une lecture un peu attentive du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la Ville nous apprend toutefois ceci : « Les plantations existantes doivent être maintenues ou remplacées par des plantations équivalentes. Tout arbre abattu doit être remplacé par un arbre d’une essence et d’un développement équivalent, sauf en cas d’impossibilité du fait de la configuration de l’unité foncière. »

Ainsi donc la Mairie se trouve dans la plus parfaite illégalité et en total porte-à-faux avec son propre PLU lorsqu’elle ne remplace pas les arbres de Guy Moquet.

Quand au Conseil Général de la Seine Saint-Denis, nous serons attentifs à ses actions sur le peu d’arbres qui bordent la Nationale 2…

 

Quand PlaineCo cultive le sens de l’humour des personnes à mobilité réduite

C’est au niveau du 22 boulevard Pasteur que Plaine Commune et/ou les services de la voirie de la Ville ont décidé de tester le sens de l’humour des personnes à mobilité réduite.

Pendant que certains pensent que l’on peut rire de tout, j’ai décidé de (ré)ouvrir le débat, en essayant de sensibiliser les « services » sur la question (ainsi que quelques associations de défense des handicapés).

En effet, il semblerait que personne (ni ceux qui ont commandé les installations, ni ceux qui les ont réalisées) ne se soit posé la question de l’intérêt d’installer des plots sur une place réservée aux Handicapés (malgré le marquage au sol ET le panneau d’information)  ! Heureusement que les riverains, eux, sont sensibles à ces questions et donnent l’alerte.

Une personne à mobilité réduite peut éventuellement stationner un scooter...

A votre avis il s’agit :

1 – D’un parfait exemple de gestion urbaine, de communication entre services, et de mise en œuvre inadaptés.

2 – Ha je savais pas, mais ce n’est pas si grave,… en plus personne se plaint.

3 – Charlie Hebdo n’a pas le monopole de la provocation, PlainCo peut le faire aussi !

Faites votre choix et faites le savoir !

 

Rencontre avec le Commissaire de Police de LC

Le nouveau commissaire de police de La Courneuve, Matthieu Ringot, se propose de rencontrer les habitants du quartier des 4 Routes pour évoquer ses actions :
Jeudi 11 Octobre à 19h00
à la Maison de l’Enfance Anatole France ( 56 rue A. France).

Venons nombreux!

  

Cliquez ici pour lire l’invitation au format .pdf : Rdv_CommissaireLC_111012

 

 

Le jour où on nous a volé la démocratie…

C’était le 12 juin 2012.

Le 12 juin 2012, le Parti Socialiste, Europe-Ecologie Les Verts, Le Parti de Gauche et le Parti Communiste de Seine Saint-Denis ont décidé de priver les habitants de la 4ème circonscription de l’un de leurs droits constitutionnels fondamentaux(1) : le droit de vote.

La 4ème circonscription est composée de La Courneuve, Dugny, Stains et Le Blanc Mesnil. Au premier tour des élections législatives Marie-George Buffet (PCF / Front de Gauche) et Najia Amzal (PS) ballotent à quelques % près. L’une comme l’autre sont originaires de l’une des villes qui composent la circonscription, l’une comme l’autre militent plus ou moins sur le terrain, l’une comme l’autre ont des partisans et des détracteurs. Mais au nom du sacro-saint principe de désistement républicain appliqué par la Gauche française depuis des temps reculés et en d’autres circonstances historiques, les électeurs n’auront plus le choix du vote au second tour dimanche prochain.

Qu’est-ce que le désistement républicain ?
Cette pratique voit le jour juste après l’écrasement de la Commune de Paris en 1871. Certains candidats royalistes veulent rétablir la monarchie. Les candidats républicains s’accordent entre eux pour éviter que leur multiplication ne permette aux candidats royalistes de se faire élire. Cette pratique a permis de consolider la IIIème République. Avec le temps, la gauche reprend à son compte cette pratique, surtout à partir du milieu des années 30, avec pour but d’éviter que les débats entre partis de gauche ne soient arbitrés par les électeurs de droite mais aussi pour, à priori, faire barrage aux candidats « fascistes » opposés aux candidats « démocrates ».

Ca veut dire quoi républicain ? c’est quoi une République ?
En France, et suivant les périodes de l’histoire, le terme républicain désigne les partisans du régime républicain, luttant soit contre la monarchie, soit contre le bonapartisme, ou la tentation de la dictature. D’après le Larousse, la république est une « forme d’organisation politique dans laquelle les détenteurs du pouvoir l’exercent en vertu d’un mandat conféré par le corps social. (En ce sens « république » s’oppose à « monarchie », mais ne se confond pas avec « démocratie », dans l’hypothèse, par exemple, d’une restriction du suffrage.) ». Lire la suite